5.3 Conséquences des traumatismes acoustiques

5.3     Conséquences des traumatismes acoustiques

       

          La charge acoustique constante de notre environnement peut entraîner des déficiences auditives dès le plus jeune âge. Il existe deux types de traumatismes acoustiques. Le traumatisme aigu qui est une altération de l'audition provoquée par l'exposition de l'oreille interne à une pression acoustique excessive de caractère impulsif, par exemple une explosion. Le traumatisme acoustique chronique résulte d'une exposition répétée à un bruit trop intense, qui résulte d’une lésion cochléaire (de la cochlée) dans le cadre du travail, du loisir ou même à l'écoute musicale. Ces traumatismes sonores entraînent chez l'individu différents symptômes plus ou moins importants, uni ou bilatéraux (ressenti dans une seule ou dans les deux oreilles).

            

     5.3.1       Phénomènes temporaires:  

 

L'acouphène :

          Dans 95% des cas, l'acouphène apparaît suite à un traumatisme acoustique.  Ressenti chez l'individu comme un sifflement ou un bourdonnement permanent à l'intérieur de l'oreille. Ces acouphènes sont dus à des lésions des cellules ciliées, les cellules de la cochlée qui perçoivent les vibrations sonores. En cas d’acouphènes, les cils ondulent en l’absence de sons et transmettent ainsi un signal permanent. C’est un phénomène commun car 15% de la population a été ou sera atteinte d’acouphènes.   

La fatigue auditive


         C'est un phénomène temporaire de perte auditive qui intervient après une exposition de plusieurs heures à un bruit d'au moins 80 dB. Le déficit auditif est caractérisé par une élévation du seuil de l’audition et l'impression de l'oreille cotonneuse. Il faut un temps de récupération nécessaire pour retrouver une audition normale car les cellules ciliées ayant subit une fatigue seraient définitivement détruites si elles ne sont pas mises au repos pendant au moins 16 heures.

                        fatigue.jpg                                                                                                                                                       

Doc 5.3.1 : audiogrammes effectués à différents intervalles de temps suite à l'exposition de l'individu à un son de 110 dB.

 

  

Les conséquences immédiates de ces traumatismes sont sans gravité, mais l'oreille a souffert et quelques cellules ont été lésées, cela engendre donc un vieillissement prématuré de l'oreille.

 

5.3.2       Phénomènes persistants et irréversibles:            

        

       Des traumatismes acoustiques peuvent engendrer des conséquences très importantes et irrémédiables handicapant très sérieusement l'individu atteint : acouphènes permanents, hypoacousie, hyperacousie. Ces états sont les symptômes du Traumatisme  Sonore Aigu.

 

 

 

Acouphènes

                                                                                                                                                                        

         Même si ils sont le plus souvent temporaires et agissent comme signal d'alarme, en cas de traumatismes trop importants ils peuvent devenir définitifs. Ils sont dus majoritairement à l'exposition excessive au bruit mais chez les personnes âgées, ces acouphènes peuvent être dus à la perte d'audition due au vieillissement, la presbyacousie. Les acouphènes ne peuvent pas être traités mais grâce à un suivi médical ils peuvent devenir moins gênants pour le sujet.

                                                                                                                                                           

 Hyperacousie :

 

        L'hyperacousie intervient après un traumatisme acoustique qui engendre une lésion de l'oreille interne, au niveau de la cochlée. Elle se caractérise par une hypersensibilité de l'oreille à la perception d'un son dû à la diminution de tolérance de celle-ci. Le sujet perçoit des sons amplifiés, donc même les sons les plus banals pourtant de faibles intensités peuvent être gênants même douloureux pour ces personnes. Il n'existe pour l'instant aucun traitement efficace. Elle est souvent mal comprise par l'entourage qui croit que ces personnes restent trop au calme et qu'il faut les réhabituer au bruit. Au contraire si un hyperacousique s'expose à un bruit qui lui fait mal, la lésion s'aggrave. L'hyperacousie sévère est une des pathologies les plus handicapantes qu'il soit. Le malade ne peut plus sortir de chez lui, il doit vivre en permanence dans un environnement calme et ne peut qu’avoir une vie sociale limitée.      

 

 

 

 

 

Hypoacousie :

    

     Suite à un traumatisme sonore, on peut avoir une perte définitive de l'audition, c'est l'hypoacousie. Dans les cas où celle-ci est importante, on parle de surdité, l'individu n'entend plus tous les sons à commencer par les sons de faible intensité. Il existe deux surdités : la surdité de perception et la surdité de transmission. Les surdités les plus fréquentes suite à un traumatisme acoustique sont les surdités de perception.

        La surdité de transmission est due le plus souvent à un obstacle dans l'oreille externe ou dans l'oreille moyenne. Les seuls cas de surdité de transmission suite à un traumatisme sonore sont les perforations du tympan suite à l'écoute d'un son de plus de 160 dB, néanmoins elle est peu courante.

    La surdité de perception est due à une détérioration des cellules ciliées de la cochlée. Cette surdité peut être divisée en deux catégories :

 

-      La surdité traumatique, elle intervient suite à l'exposition à un bruit impulsif    de très forte intensité, par exemple une explosion ou un coup de feu. 

          

-      La surdité progressive, due à l'exposition prolongée à des sons ou bruit d'une intensité supérieure à 85 décibels. Autrement dit l'écoute répétitive d'un son de 85 décibels, donc qui n'est pas gênant pour l'individu, peut être aussi dangereuse qu'un son provoquant une douleur. Ces deux surdités peuvent être totales ou partielles.

 

Plus généralement, il existe 5 niveaux de surdité :

  

           -  surdité légère : perte auditive des sons d'intensité comprise entre 20 et   40 décibels, le sujet n'entend plus les voix basses ou lointaines.

           -  surdité moyenne : perte des sons d'intensité de 40 à 70 décibels, l'individu peut entendre quelqu'un qui hausse la voix.

           -  surdité sévère :   perte des sons d'intensité de 70 à 90 décibels, on a besoin de parler à voix forte tout près de l'oreille pour se faire comprendre.

           -  surdité profonde : perte des sons d'intensité de 90 à 120 décibels, le sujet n'entend plus aucune voix.

           -  surdité totale : rend impossible la perception du moindre son.                

      

 

 

         Hormis les traumatismes dus à l’exposition sur le lieu de travail qui sont récurrents (selon l'enquête du Ministère du Travail plus d'un salarié sur 5 est exposé à des bruits d’intensité supérieure à 85 dB et  l’on recense chaque année 750 nouveaux cas de surdités professionnelles).Nous constatons que ces déficiences de l'audition arrivent de plus en plus chez les jeunes. Une étude montre que sur une population d'âge moyen de 20 ans, 20% des sujets sont atteints de surdités de perception dues à un traumatisme sonore. Mais il faudrait ajouter à ces chiffres les jeunes souffrant d'acouphènes et d'hyperacousie. Le plus souvent ces traumatismes sont dus aux boîtes de nuits, aux concerts ou encore aux baladeurs Mp3 dont une écoute prolongée (même si la puissance n'est pas maximale) peut s'avérer très nocive.